C’était sans doute l’une des questions que se posait beaucoup de monde à Nandrin : comment allait être l’ambiance au premier conseil communal depuis la validation des élections du 14 octobre?

En cette froide soirée d’hiver, une salle comble : la vie politique nandrinoise reprenait donc son cours. Un cours assez tumultueux après que le groupe Pour Nandrin ait introduit un recours quant à la régularité des élections.

Et c’est évidemment sur ce point que le conseil a débuté. Le bourgmestre Michel Lemmens a ainsi communiqué la décision du Conseil d’État, qui a donc bel et bien validé les résultats du scrutin. «Nous sommes un parti démocratique et nous acceptons la décision prise par le Conseil. Il y a eu des irrégularités qui ont été relevées et elles ont été également confirmées par Expressions Commune(s). Pour nous, c’est important qu’ils le reconnaissent», insiste Jeannick Piron, conseillère communale dans l’opposition.

L’élue est même allée plus loin au cours de la soirée. «Ce n’est pas nous qui allons devoir travailler pendant six ans de cette manière et ce n’est pas sur nous que pèse la suspicion», a voulu encore une fois préciser la conseillère au bourgmestre.

Michel Lemmens, lui, s’est dit toutefois serein. «C’est une page qui se tourne. Je n’ai pas de rancœur mais nous avons pris acte des comportements de certains», explique le bourgmestre.

« Nous serons objectifs et critiques »

À l’ordre du jour, d’autres points ont été critiqués par l’opposition, qui se défend néanmoins d’avoir des analyses constructives. «Nous ne critiquerons pas pour le plaisir, nous serons objectifs et critiques», confirme Jeannick Piron.

Et si le ton est malgré tout resté cordial, des tensions étaient quand même bien palpables entre les différents groupes. Une tension présente avant même les élections mais que le recours n’aura certainement pas aidé à apaiser.

Une chose est sûre, après ce «premier» conseil communal, la majorité devra sans doute compter sur une opposition bien musclée.

V. Le.