C’est un des deux recours qu’a introduit l’opposition Pour Nandrin. Et celui-là a fait mouche puisque le ministre des pouvoirs locaux Paul Furlan vient d’invalider une décision prise par le conseil communal nandrinois.

Le topo? Le 18 décembre de l’année dernière, le conseil communal acte les déclarations d’apparentement de chaque élu. Les 27 et 29 avril cependant, quatre membres du conseil introduisent de nouvelles déclarations d’apparentement avec, en vue, la désignation des représentants nandrinois au sein de l’IDEN, petit intercommunale. Déclarations sur lesquelles le conseil communal est amené à se prononcer le 14 mai. C’est une simple prise d’acte sauf que l’opposition Pour Nandrin ne l’entend pas de cette oreille. La raison? «Ils ont modifié leurs membres. M. Brassels, historiquement écolo, a alors été étiqueté PS, explique le conseiller Marc Evrard. On a estimé qu’ils changeaient les règles du jeu.» Une modification des apparentements alors que ceux, issus des autres communes, et donc les clefs de répartition étaient connus. «Ils jouaient au lotto après avoir pris connaissance des bons chiffres…»

Pour Nandrin a dès lors introduit un recours auprès du ministre Furlan qui vient de suivre son argumentation. Car la majorité ne pouvait modifier les déclarations individuelles d’apparentement après le 1er mars, date limite à laquelle elles doivent être transmises aux intercommunales. La délibération du conseil de Nandrin du 14 mai «viole dès lors la loi. La délibération prise par le conseil par laquelle il revoit sa délibération du 18 décembre et modifie la composition du conseil communal en ce qui concerne l’IDEN est dès lors annulée», écrit le ministre Furlan.

Une décision qui laisse le bourgmestre Michel Lemmens très perplexe. «Car nous avions pris nos renseignements auprès de l’administration des pouvoirs locaux et on nous avait dit qu’il n’y avait pas de problème.» Sa surprise a été d’autant plus grande quand il a appris la décision du ministre Furlan.«Je suis quelqu’un de parole. On me dit que c’était d’accord, que je pouvais y aller…» Alors? Daniel Pollain et Michel Lemmens n’auront d’autre choix que de siéger au sein de l’intercommunale. Ce qu’ils n’avaient guère le temps…

Article de Catherine Duchateau 

http://www.lavenir.net/article/detail.aspx?articleid=DMF2...

C.Du