18/09/2013

Le ministre Furlan casse une décision de la majorité Article dans le Journal La Meuse

la meuse 18 septembre 2013 Clic ici.JPGL’opposition « Pour Nandrin » a de quoi se réjouir.

 Son courrier, envoyé au ministre Furlan pour dénoncer le changement de la composition du conseil communal à l’IDEN (Intercommunale de Distribution d’Eau de Nandrin), n’est pas resté lettre morte.

Il a même reçu une réponse favorable.

«Le ministre des pouvoirs locaux nous a donné raison : la décision du conseil communal du 14 mai dernier n’est pas légale.

Changer la représentation politique de la majorité à l’IDEN après la date butoir, c’est interdit. Le ministre a donc cassé la décision du conseil communal, que nous avions dénoncée à l’époque.

Je suis donc très satisfait», souligne Marc Evard, du groupe « Pour Nandrin. » En réalité, pour siéger dans les intercommunales, chaque élu peut s’apparenter à un parti politique (MR, PS, cdH, Ecolo...) ou à sa liste communale, en l’occurrence Expressions commune(s). Des petits calculs sont donc souvent de mise pour représenter au mieux les intérêts de son groupe. Rien d’illégal, tant que le changement de composition n’intervient pas après le 1er mars.

C’est l’amère expérience que la majorité nandrinoise a faite.

«Je prends acte de l’arrêté du ministre.

 La décision est invalidée malgré les avis favorables que la tutelle nous avait donnés oralement. Nous retiendrons la leçon et demanderons désormais un écrit. Cette décision ne rend ni le secrétaire communal ni moimême heureux et l’opposition « Pour Nandrin » doit sabrer le champagne mais voilà... Puisqu’il faut 2 administrateurs PS et 2 autres EC à l’IDEN, Monsieur Pollain et moi-même iront donc siéger à la place de M. Pire et M. Brassels, puisque nous sommes les seuls à nous être apparentés au PS.

J’aurais préféré qu’un colistier monte à ma place, non pas parce que j’ai trop de mandats mais pour une question d’agenda», déclare Michel Lemmens, le bourgmestre de Nandrin, qui note que le ministre ne réagit pas aux allégations de l’opposition « Pour Nandrin » qui le «traînent dans la boue. » Dans son arrêté du 13 septembre, le ministre annule la décision du Conseil communal mais ne prévoit pas de sanction.

la meuse 18 septembre 2013 Clic ici.JPG

Article de ANNICK GOVAERS pour le journal La Meuse Huy-Waremme du 18 septembre 2013

Le ministre Furlan casse une décision Article dans Vers l'Avenir

alerte.jpgNANDRIN - Le ministre Furlan vient de casser une décision prise par le conseil communal de Nandrin. L’opposition Pour Nandrin lui avait envoyé un recours.

 

C’est un des deux recours qu’a introduit l’opposition Pour Nandrin. Et celui-là a fait mouche puisque le ministre des pouvoirs locaux Paul Furlan vient d’invalider une décision prise par le conseil communal nandrinois.

Le topo? Le 18 décembre de l’année dernière, le conseil communal acte les déclarations d’apparentement de chaque élu. Les 27 et 29 avril cependant, quatre membres du conseil introduisent de nouvelles déclarations d’apparentement avec, en vue, la désignation des représentants nandrinois au sein de l’IDEN, petit intercommunale. Déclarations sur lesquelles le conseil communal est amené à se prononcer le 14 mai. C’est une simple prise d’acte sauf que l’opposition Pour Nandrin ne l’entend pas de cette oreille. La raison? «Ils ont modifié leurs membres. M. Brassels, historiquement écolo, a alors été étiqueté PS, explique le conseiller Marc Evrard. On a estimé qu’ils changeaient les règles du jeu.» Une modification des apparentements alors que ceux, issus des autres communes, et donc les clefs de répartition étaient connus. «Ils jouaient au lotto après avoir pris connaissance des bons chiffres…»

Pour Nandrin a dès lors introduit un recours auprès du ministre Furlan qui vient de suivre son argumentation. Car la majorité ne pouvait modifier les déclarations individuelles d’apparentement après le 1er mars, date limite à laquelle elles doivent être transmises aux intercommunales. La délibération du conseil de Nandrin du 14 mai «viole dès lors la loi. La délibération prise par le conseil par laquelle il revoit sa délibération du 18 décembre et modifie la composition du conseil communal en ce qui concerne l’IDEN est dès lors annulée», écrit le ministre Furlan.

Une décision qui laisse le bourgmestre Michel Lemmens très perplexe. «Car nous avions pris nos renseignements auprès de l’administration des pouvoirs locaux et on nous avait dit qu’il n’y avait pas de problème.» Sa surprise a été d’autant plus grande quand il a appris la décision du ministre Furlan.«Je suis quelqu’un de parole. On me dit que c’était d’accord, que je pouvais y aller…» Alors? Daniel Pollain et Michel Lemmens n’auront d’autre choix que de siéger au sein de l’intercommunale. Ce qu’ils n’avaient guère le temps…

Article de Catherine Duchateau 

http://www.lavenir.net/article/detail.aspx?articleid=DMF2...

C.Du

10:05 Écrit par Piron Jeannick dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : le ministre furlan casse une décision |  Facebook |  Imprimer | | |

« 3 000 € de subsides ? C’est trop ! »Article dans Vers L'Avenir !!!

jazz 3000.JPGNANDRIN - Alors que le programme des Fêtes de Wallonie doit être présenté aujourd’hui,la polémique sur la subsidiation de Arts Nandrin, elle, a commencé.

 

Les deux groupes d’opposition grincent des dents sur le coup de pouce financier que la Commune a octroyé à l’ASBL organisatrice de ce premier festival, Arts Nandrin. Un subside de 3 000€ a été voté lors du dernier conseil communal. Trop, bien trop, dénoncent de concert PourNandrin et Tous Ensemble, au regard des subsides octroyés aux autres ASBL de la commune.

Ce qui les titille, c’est la création toute récente de cette ASBL (les statuts ont été déposés le 23 août 2013) et qu’elle n’a de Nandrinois que le siège social, l’établissement Chez Pol.«Les fondateurs sont de Verlaine, Ombret, Liège, du Grand-Duché du Luxembourg, liste Benoît Ramelot (Tous Ensemble) Sur base de quelle légitimité cette ASBL, qui n’a encore rien prouvé, demande-t-elle des subsides? Et qui plus est, un tel montant? Aucune association de Nandrin ne reçoit autant alors que certaines œuvrent depuis des années. La Commune accorde de 125 à 1 000€ maximum.»

Le conseiller Marc Evrard (Pour Nandrin) enchaîne: «Que cette ASBL fasse d’abord ses preuves, nous démontre que son festival tient la route.»

Un « droit d’entrée » aux Fêtes de Wallonie

Pour le bourgmestre Michel Lemmens, la polémique n’a pas lieu d’être. Tout simplement parce que la Commune est en grande partie à l’initiative de l’événement, dans le cadre des Fêtes de Wallonie. «La Province de Liège nous a sollicités pour que Nandrin propose un événement. Le collège a donc planché sur des idées. Plusieurs manifestations potentielles ont été évoquées. On s’est finalement arrêté sur un festival qui mettrait en avant le patrimoine de Nandrin et le jazz. Nous avons activé nos contacts et nos réseaux, au départ de Nandrin. Une réunion s’est tenue avec les différents contacts pour affiner le concept. L’ASBL est née dans ce cadre et avec cet objectif. Ces 3 000€, c’est en quelque sorte un droit d’entrée aux Fêtes deWallonie. Oui, les organisateurs ne sont pas de Nandrin. Mais ils sont plus largement actifs dans le domaine de la musique et de l’événementiel et reconnus dans leur milieu. Ils arrivent avec un bagage de sérieux qui permet de leur faire confiance. C’est un subside de démarrage pour un projet qui est budgétisé à 12 500€.»

Et la Commune en profite pour préciser: il est bien question de faire de ces Fêtes de Wallonie un événement récurrent sur Nandrin.

Article de Sabine Lourtie 

http://www.lavenir.net/article/detail.aspx?articleid=DMF2...

10:03 Écrit par Piron Jeannick dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : 3 000 € de subsides ? c’est trop |  Facebook |  Imprimer | | |

10/09/2013

Nandrin: un projet d’une nouvelle administration

eh.JPGNANDRIN - 1,8 million d’€, c’est le projet de construction d’une nouvelle administration communale qui sera présenté au conseil ce soir.

Un conseil communal de haute importance se déroulera ce soir à Nandrin. Dans le plan d’investissement 2013-2016, le bourgmestre présentera un projet de construction d’une nouvelle administration communale. Estimation du projet: 1,8 million d’€.

«On parle d’une note d’intention, défend le bourgmestre, Michel Lemmens. On a préparé cette fiche en un mois.»

N’y a-t-il pas d’autres priorités dans la commune qu’un projet mastodonte tel que celui-là? Le bourgmestre justifie ce choix par le fait qu’il faut rentrer des projets dans le cadre du plan triennal. Rénover des rues à Villers-le-Temple, c’est primordial, assure-t-il. Mais il y a trop d’incertitudes autour de ce dossier car le PASH n’a pas encore été déterminé «et on est donc en stand-by.»

Une crèche communale, rénover la maison de village de Villers-le-Temple? «Oui mais on pourrait aller chercher d’autres subsides.»

Après avoir balayé ces réflexions, le dossier de la maison communale est arrivé dans les débats.«C’est un projet plus conséquent: rassembler les deux administrations communales.» Sur la place Ovide Musin, l’administration est répartie en deux bâtiments distants de quelques mètres. «Ce projet est dans l’air depuis des années.» C’est ainsi que l’écopasseur a planché sur le projet: il a déterminé l’espace qui serait nécessaire à la réalisation du projet. «Il nous faut autant de bureaux, deux toilettes, une toilette pour les PMR, un ascenseur...» Soit une superficie estimée de 856 m2 . «Mais ce n’est que purement théorique. On en est vraiment à l’épreuve zéro.»

La volonté du collège est de construire un bâtiment passif. «C’est vital de rassembler tout en un seul lieu.» Le bourgmestre espère même pouvoir financer le projet sans devoir injecter directement des deniers communaux. «C’est une vision utopique et optimiste du projet, confirme-t-il. L’idée, c’est d’avoir un coût quasi nul. On pourrait revendre le bâtiment du CPAS et les terrains autour.»

Le projet consisterait aussi en la destruction du bâtiment abritant le cabinet du bourgmestre: «c’est un bâtiment des années 50-60. C’est une catastrophe énergétique.»

Au budget 2014, un montant de 150 000 € sera inscrit pour les premiers frais d’études.


Article de Emmanuel Huet pour le journal Vers L'avenir du 10 septembre 2013 

voir l'article en ligne

 http://www.lavenir.net/article/detail.aspx?articleid=DMF2...

Nandrin: un projet d’une nouvelle administration


«On se rend compte de la mégalomanie du collège.

 

2013-09-10 10.34.45.jpg« De la mégalomanie ! »


NANDRIN - « Ce projet sort de nulle part. La proposition n’a jamais été débattue en conseil communal. Elle ne figure pas dans le programme de la majorité, regrette Marc Evrard, conseiller Pour Nandrin.

Et là, on nous balance un projet ficelé, avec des plans précis, une estimation de budget. Le collège a camouflé le dossier. »

Le conseiller s’interroge sur la portée de cet investissement alors qu’on sort d’un énorme dossier sur le site du Péry. «Sur le fond, ce projet est un non-sens. On vient d’aménager une nouvelle place, et on vient tout remettre en chantier. Et puis comment peut-on s’engager dans un dossier mégalomane de 1,8 million d’euros alors que les nouveaux terrains de foot pour 2,5 millions d’euros ne sont pas encore réalisés et qu’on vient de fermer une crèche communale pour des raisons budgétaires? Pour cette nouvelle administration communale, des subsides ont été trouvés à hauteur de 320 000€ mais il reste 1,5 million d’euros à aller chercher…»

En creusant le dossier, Marc Evrard a relevé quelques détails. «On se rend compte de la mégalomanie du collège. Ils ont notamment prévu un… réfectoire pour les échevins. Ils sont… quatre échevins! Où va-t-on?»

Et d’annoncer la couleur: « demain, au conseil communal, nous demanderons des explications et nous nous opposerons au projet.»

Article de Sabine Lourtie pour le journal Vers L'Avenir du 10 septembre 2013

Voir l'article en ligne .

http://www.lavenir.net/article/detail.aspx?articleid=DMF2...

La majorité projette de construire un nouveau bâtiment place Ovide Musin

admi.JPG

 

DSC09590.JPGOn en est encore au stade des intentions et de la réflexion, mais le projet pourrait bien voir le jour. Selon le croquis réalisé par l’écopasseur de Nandrin, le bâtiment qui abrite (notamment) le bureau du bourgmestre serait rasé pour laisser place à un nouvel édifice passif, flambant neuf, et plus fonctionnel.
 Coût: 1,8 million d’euros.


Il y a quelques semaines, la majorité nandrinoise a reçu une bonne nouvelle, sous forme d’un subside conséquent de 335.000 euros de la part du ministre Furlan.
 A condition d’expliquer l’affection judicieuse du montant.
«Soit on décidait d’investir dans les voiries à égouttage prioritaire.
Or, le PASH (plan d’assainissement par sous-bassin hydrographique) pour Villers-le-Temple et Saint-Séverin n’est pas encore sorti.
 Ça n’allait donc pas. Soit on sélectionnait de petites infrastructures administratives ou sociales de quartier (pas des écoles, dit la circulaire). 
On a hésité entre une partie de l’administration communale et la maison de village de Villers-leTemple», explique Michel Lemmens, bourgmestre de Nandrin.
Ce qui a orienté le choix de la majorité ? «Il fallait investir plus de 700.000 euros pour obtenir les 335.000 euros de subsides. 
On n’aurait peut-être pas atteint la somme avec la maison de village. »
Avec l’administration communale, place Ovide Musin, pas de problème puisque le montant estimé du nouveau possible bâtiment s’élève à 1.800.000 euros.
C’est l’écopasseur de Nandrin, nouvellement engagé, qui a été chargé d’établir un croquis de l’édifice neuf espéré, en fonction des besoin des agents communaux.
 Ainsi, 856 m2 sur deux étages seraient bâtis, à la place de l’actuel bâtiment des années 1960 (celui du milieu sur la photo).
 Il y aurait une douzaine de bureaux pour les services du CPAS (au rez-de-chaussée) et les finances, le receveur, les échevins,le bourgmestre, le directeur général, le secrétariat (au premier étage). 
Plus un ascenseur, une cafétéria, une salle pour les réunions du Collège et une nouvelle salle du Conseil communal.«Mais ce n’est qu’une idée, sur base des éléments connus. Si demain le PASH sort, cela changerait la donne ! », nuance le bourgmestre. 
L’idée est donc de regrouper les services communaux et ceux du CPAS, actuellement situés dans un parc boisé, rue Tige des Saules. «En revendant ce bien, on récupérerait des sous pour d’autres projets. 
Regrouper les services permettrait également une plus grande efficacité grâce aux synergies et des économies estimées à 50.000 euros/an», poursuit Michel Lemmens.
Le bâtiment serait passif, ou du moins autosuffisant en énergie, avec des panneaux photovoltaïques, une pompe à chaleur...
Bref, un meilleur bilan que la maison communale actuelle, très gourmande en énergie.
«L’étape suivante serait de prévoir 150.000 euros au budget pour l’étude et la désignation d’un architecte. »
Dans un contexte sensible suite à la fermeture de la crèche sociale des Canailloux, en juillet dernier, nul doute que le plan d’investissement communal 2013-2016, soumis au vote ce soir à Nandrin, soulèvera de vifs débats... 
 
Voir article en ligne

Article de ANNICK GOVAERS pour le Journal Huy Waremme du 10 septembre 2013

admart.JPG