Le dossier prend forme et, si les faits sont avérés, ils pourraient reconduire les Nandrinois aux urnes. La semaine dernière, nous évoquions la volonté des deux groupes d’opposition, Tous Ensemble et Pour Nandrin, d’aller en recours contre le déroulement des élections.

On s’était focalisé sur les 610 bulletins qui n’avaient pas été estampillés. Mais, selon Bogdan Piotrowski, nouvel élu Pour Nandrin, les irrégularités sont nombreuses. Et ne sont pas mineures, à son sens. Hier après-midi, le futur conseiller est allé poster le recours. «Le fond des choses, ce ne sont pas les 600 et quelque bulletins non estampillés. Il faut savoir que deux urnes sur les six ne sont pas arrivées au bureau de dépouillement. Tandis qu’une troisième urne est arrivée non scellée.»

Ce sont les deux bureaux de Villers-le-Temple qui ont posé le plus de problèmes. C’est là que les bulletins n’ont pas été estampillés et c’est aussi au départ de ces deux bureaux que les bulletins ont été transportés dans des sacs en plastique. «Il y a eu des motivations fournies par le président du bureau, mais ça ne tient pas la route. S’il fallait recompter les bulletins, on aurait très bien pu remettre les bulletins et resceller l’urne afin que ça reste inviolable pendant le trajet.»

Si les présidents ont failli, qu’en est-il des témoins? «Ils ont partiellement réagi. Cela a été acté.»

Benoît Ramelot, pour la liste Tous Ensemble, nuance la gravité des faits. «Les sachets étaient quand même fermés avec des colsons officiels. On ne les a pas transportés dans des sacs poubelles!»

C’est désormais au collège provincial de se pencher sur le cas nandrinois. Pourrait-on revoter à Nandrin? Le scénario tient la route. Quand on sait que la majorité ne tient qu’à un siège, tout pourrait basculer.

À Nandrin, tout le monde ne sourit pas à l’idée de retourner aux urnes. Avec cette initiative, le groupe Pour Nandrin a autant à perdre qu’à gagner. On sent que la menace de retourner aux urnes est réelle tant les accumulations d’erreurs sont évidentes. Mais on ne serait pas arrivé à ce stade si un président de bureau n’avait pas sciemment mis en péril les élections.

 

«Lorsque tu entreprends quelque chose, sache que tu auras contre toi ceux qui voulaient faire la même chose, ceux qui voulaient faire le contraire et l’immense majorité de ceux qui ne font rien. »
Maxime de Confucius

--------------------------------------------------------------------------------------------

 

NANDRIN - Aucun des deux autres groupes ne nie les fautes de procédure qui ont entaché partiellement le scrutin. Tous Ensemble, le groupe mené par Benoît Ramelot a finalement décidé de ne pas déposer de recours. «Tous Ensemble ne conteste pas et respecte le choix de l’électeur. L’expression de la démocratie même entachée d’un vice formel prime en sa qualité d’intérêt supérieur. Tous Ensemble n’a pas la volonté de renvoyer l’électeur aux urnes mais plutôt de sensibiliser les pouvoirs locaux sur un tel manquement; qu’il s’agit à l’avenir de ne pas répéter pareille erreur et ainsi donner naissance à une coutume locale prohibée.»

Au sein d’Expressions communes, amené à diriger les communes dans les six prochaines années, on rappelle que tous «ces faits avaient été consignés dans les procès-verbaux de dépouillement.» Le groupe se dit serein en attendant la décision du collège.

Où la réponse est plus cinglante, c’est par rapport aux rumeurs qui circulent. Notamment qu’un témoin du groupe aurait accompagné en voiture le président et l’urne non scellée. «Ces insinuations, les faits parlent d’eux-mêmes et démontrent qu’il s’agit d’une rumeur malveillante et malsaine.»

À Nandrin, c’est évident, on ne voit pas encore le bout du tunnel. L’analyse va même plus loin, les élections provinciales pourraient aussi être remises en question. Et cela pourrait concerner tout le canton et avoir des incidences jusqu’au collège provincial.

Article de EH Vers l'avenir du 24 octobre 2012

 

plusieurs irrégularités ont été constatées lors des élections

Clic sur l'image pour agrandir

Le groupe “Pour Nandrin” a déposé hier un recours en invalidation des élections communales
de Nandrin auprès du Collège provincial.
Ce dernier a maintenant 30 jours pour statuer sur la validité de ce recours. “Le dossier envoyé se
compose de 23 pages, ce qui est nécessaire pour développer les six moyens sur lesquels se base ce recours
”,déclare MarcEvrard,le porte parole de “Pour Nandrin”.
Pour rappel, les différents témoins de parti sont constaté desirrégularités lors du dépouillement des votes
le 14 octobre. La totalité des bulletins provenant du bureau de Villersle-Temple – Yernée, soit 623 bulletins,
étaient notamment non estampillés,c’est-à-dire qu’ils ne portaient pas le cachet des élections. “De plus,ils sont arrivés dans des sacs au bureau de dépouillement ”, précise Marc Evrard.
“Ces votes n’auraient pas dû être pris en compte et, pourtant,sous l’insistance du président principal du bureau de Nandrin et du bourgmestre sortant, Joseph Nandrin, ils ont été comptabilisés. ”
Le groupe “Pour Nandrin” dénonce aussi l’attitude de la femme d’un candidat de la liste ExpressionsCommune(s) qui ouvrait la porte de ce même bureau de vote aux électeurs en citant son nom et qui avait rapporté l’urne au bureau de dépouillement avec le président du bureau de vote.
 “L’urne du bureau de vote n°1 a aussi été envoyée non scellée alors que dans 3 bureaux sur 6, le code de démocratie local n’était pas présent.
Cela fait beaucoup.
Nous ne parlons pas de triche mais nous dénonçons des irrégularités ”, conclut Marc Evrard.
“PourNandrin” a décroché trois sièges au Conseil communal.
Mais il manque au groupe quinze voix pour chiper un siège à Expressions Commune(s), qui détient la majoritéabsolue(10sièges).

Le groupe Tous Ensemble a, lui, décroché 5 sièges et a décidé de ne pas introduire de réclamationau près du Collège Provincial.
“À défaut de réclamation,nous faisons état publiquement que la négligence à la loi peut stimuler la fraude électorale et interpellons nos élus communaux sur cet aspect”, indique
Benoît Ramelot.
Mais tous ces résultats seront invalidés si le recours est accepté.
L’électeur nandrinois devrait alors certainement retourner aux urnes.

Article de CW et CHC